Divers FTM

Qu’est-ce que la testostérone?

Testosterone

La testostérone est une hormone stéroïde dérivée du cholestérol et elle est composée de carbone, d’hydrogène et d’oxygène.


Collaboration spéciale: Alex Simon est un.e étudiant.e Montréalais.e d’origine américaine de 22 ans qui s’intéresse aux réalités des personnes trans et LGBTQ. Ellui-même non binaire, iel a proposé à GrS Montréal de composer quelques articles pour le blogue TransAvenue.

Pour celleux qui se demandent comment commencer ou poursuivre leur transition, l’hormonothérapie ou le traitement hormonal substitutif (communément appelé THS ou HRT) pourrait être une pièce du puzzle qui aidera à soulager votre dysphorie de genre. Cependant, la plupart des gens ne connaissent pas nécessairement les effets que le THS pourrait avoir sur leur corps à la fois temporairement et définitivement.

Étant un.e amoureux.euse des sciences, j’aimerais prendre le temps de présenter les hormones généralement impliquées dans le THS, la testostérone et les œstrogènes, dans deux articles distincts. Même si je possède un diplôme en biotechnologie, je tiens à préciser que je ne suis en aucun cas médecin, veuillez donc contacter votre médecin ou votre endocrinologue pour valider toute question ou préoccupation que vous pourriez avoir.

La testostérone est une hormone stéroïde dérivée du cholestérol et elle est composée de carbone, d’hydrogène et d’oxygène. Dans le cas d’un traitement hormonal substitutif, elle est responsable de l’activation de certaines caractéristiques sexuelles secondaires chez les individus AFAN (Assigné Femme à la Naissance) et les personnes intersexes. Elle augmente également la production de cellules sanguines. Elle est administrée soit sous forme d’injection ou sous forme de gel ou de patch appliqué sur la peau. La posologie de la testostérone (ou T, en abrégé) varie, il est donc préférable de parler avec votre médecin des changements que vous souhaitez obtenir, de votre état de santé actuel et de certains facteurs de risque comme les maladies cardiovasculaires.

Les changements induits par la testostérone peuvent être temporaires ou permanents, et le délai dans lequel ces changements peuvent se produire varie d’une personne à une autre. Certaines personnes peuvent expérimenter tous les changements généralement associés à la testostérone, tandis que d’autres peuvent n’en ressentir que quelques-uns. Certaines personnes peuvent remarquer ces changements presque immédiatement après le début du traitement, tandis que chez d’autres ça peut prendre plus de temps.

Les premiers changements à apparaître incluent un teint huileux et de l’acné, qui apparaissent généralement du premier au sixième mois. Ensuite, dans les deux à six mois, vos règles cesseront. Ces deux changements sont réversibles, c’est-à-dire qu’ils reviendront à leur état initial à l’arrêt du traitement. Les autres changements considérés comme réversibles comprennent la croissance des poils du visage et du corps (trois à six mois), la redistribution de la graisse corporelle (trois à six mois; moins de graisse sera distribuée autour de vos hanches et aura plutôt tendance à s’accumuler autour de la taille) et une augmentation de la masse musculaire (six à douze mois).

D’autres changements induits par la testostérone prennent beaucoup plus de temps pour être annulés lors d’un arrêt du traitement et peuvent même être irréversibles. Ceux-ci incluent un ton plus grave de la voix (trois à douze mois), l’hypertrophie du clitoris (trois à six mois) et une légère perte possible des cheveux (dans les douze mois).

Il existe d’autres risques et complications liés à la testostérone. Ceux-ci incluent la prise de poids, l’apnée du sommeil, les problèmes cardiovasculaires (si le risque est déjà présent au sein de votre famille ou votre état de santé personnel) et un risque accru possible d’effets psychiatriques si vous avez déjà une affection sous-jacente qui implique des symptômes de manie ou de psychose.

Dans la plupart des cas, l’obtention d’un THS nécessite une évaluation par un professionnel de la santé qualifié. Conformément aux normes de soins de la WPATH (World Professional Association for Transgender Health), la personne doit avoir une dysphorie de genre persistante et bien documentée, doit être en mesure de consentir pleinement et de prendre une décision éclairée concernant le THS, avoir l’âge de la majorité et avoir les conditions de santé existantes sous contrôle. Si la personne n’a pas atteint l’âge de la majorité, le guide des Standards de soins de la WPATH propose également une section sur les normes de soins pour les personnes mineures que le professionnel de la santé doit suivre, étant donné qu’à un plus jeune âge, ces hormones sont considérées comme des « suppresseurs de puberté ». Une fois la demande de THS validée par le professionnel de santé concerné, les adultes et les mineurs doivent être régulièrement suivis par un médecin ou un endocrinologue pour assurer la santé et le bien-être du patient.

Alex Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *